Séjour été 2013

Nous prenons un peu de temps pour vous écrire un petit mot. Nous sommes bien arrivés au Clos Savoyard de Châtel vers 8 heures après plus de 12 longues heures de route. Frais et dispo, enfin, a peu près, le bus n’étant pas livré avec lits et oreillers tout doux. A notre arrivée,  le petit déjeuner nous attendait déjà. Nous avons ensuite découvert nos dortoirs et le gite puis le personnel très accueillant. Par la suite nous avons visité Châtel et son paysage montagnard et atypique  (lac de Vonnes, chalets, cours d’eau, et surtout des routes qui, à chaque fois que nous les empruntons, ne font que monter !)

Le lendemain nous sommes partis en randonnée pour 3 heures et demi de marche et 7oo mètres de dénivelé. Nos accompagnateurs, Coralie et Boris, nous ont fait découvrir les différents secrets et magnifiques paysages de montagne. A 17h30, nous sommes arrivés dans un refuge de montagne où le repas fut digne des plus grands restaurants : raviolis ! (et gruyère, s’il vous plaît) que nous avions transportés ainsi que toute la nourriture pour nos repas dans les sacs (la prochaine fois, nous mangerons des fleurs). Nous avons passé une très bonne nuit en compagnie des moustiques. Apres cette journée douloureuse et cette nuit piquante, à 6h30, le soleil avait à peine montré le bout de son nez que nous devions nous préparer pour repartir pour un bon 2 heures et demi de marche où nous avons goûté toute sorte de fleurs et autre plantes (épicéa, grande berce, gentiane jaune). Enfin revenus au village d’Abondance (notre point de départ) nous attendions le bus, heureux d’avoir enfin terminé notre périple. C’était sans compter sur le chauffeur de bus qui nous a regardé puis a continué sa route. Mickaël et Brigitte, les personnes de la colo sont venus très gentiment nous chercher en mini bus pour nous ramener à notre gîte. Le repas bien mérité était présent et délicieux.

Apres le repas nous sommes partis au mini golf puis nous avons pris le « mini » goûter, avec des minis viennoiseries (mais aussi des gros gâteaux). Nous avons repris le bus direction le gite, pour une douche bien méritée. Chez les monos, l’odeur était présente. Après la douche, le repas frites steaks a été dévoré ! Et nous voilà présents pour vous donner de nos nouvelle avec tout notre cœur et surtout avec un ordinateur !

#Tatiana, Emilie, Paul, Cyprien & Alexis

Ça y est nous sommes rentrés. Après 12h de route et 850km, l’heure des adieux est arrivée. Mais séchons les larmes et revenons sur ces deux semaines de folie ! Il nous a été difficile de vous donner des nouvelles via le blog, la connexion Internet du gîte étant approximative.

Nous vous avions déjà fait le résumé des premiers jours,  découvrez maintenant la suite.

La plage d’Excenevex

L’activité a énormément plu même si pour y arriver, le trajet en bus a été chaotique. Le chauffeur roulait vite, trop vite, beaucoup étaient malades.

« Entre beach volley, plage, mer et glace, on a pas eu le temps de s’ennuyer ! L’eau était bonne, les animateurs s’en souviennent puisqu’on les a coulé pas mal de fois. Sur la plage, on a pu admirer des sculptures de sable. Ce qui était bien aussi c’est que l’on a accompagné les petits pour aller chercher des glaces. Une très bonne journée, dommage que l’on n’ait pas pu y rester plus longtemps ».

Via Ferrata

Malgré quelques abandons dus au vertige, les plus téméraires se sont essayés à la via ferrata. A plus de 100 mètres de haut, solidement attachés, les jeunes ont « randonné » le long de la montagne. Vue à couper le souffle et sensations fortes garanties !

« Il faisait chaud et nous étions en plein soleil. Certains passages étaient difficiles et ça tirait sur les bras mais c’était génial ». « Nous n’étions que trois dans le deuxième groupe, nous sommes montés plus haut que les autres mais en plein soleil, pas facile »

« La via ferrata, au début ça fait très peur, mais on s’habitue vite à cette hauteur vertigineuse. Nous étions attachés par trois, cela entraine l’esprit d’équipe. C’est une activité riche en sensations forte qui nous a aussi permis, pour certains, de vaincre leur peur du vide ».

Super Châtel

Nous avons voyagé en télécabine ainsi en télésiège (première fois pour certains, une première qui en a engendrée plein d’autres puisque hormis le bus, notre moyen de transport le plus utilisé a été les remontées mécaniques). Arrivés à 1970 mètres d’altitude, le panorama était magnifique mais l’orage aussi. A peine arrivés, nous voulions redescendre mais impossible : les remontées étaient fermées en attendant la fin de l’orage. Finalement abrités sous un chalet, les remontés ont rouvertes et nous sommes redescendus « sain et sauf ».

Fantasticable

LA grosse activité de la colo. Attendu mais aussi craint par beaucoup, le fantasticable a rempli sa mission en termes de sensations fortes. Pour vous résumez l’activité, fermez les yeux et imaginez : après avoir empruntés deux remontées mécaniques, nous voici à 1900m d’altitude. Un petit tour par le chalet pour nous équiper (tablier, casque, lunette et poulie géante) et nous peser et c’est parti direction une petite montée à pied qui vous amène au point d’attache avant la descente.

La jeune fille nous appelle, c’est parti, trop tard pour reculer ! La poulie mise sur le câble et nous, solidement attachés à celle-ci, c’est le moment de nous mettre à l’horizontal. On nous demande de mettre les mains au sol, enfin, au sol, tout est relatif, plutôt sur le rebord, un centimètre plus loin, c’est le vide. On nous demande ensuite de tendre les jambes et de placer les pieds dans un espèce de trapèze. Dernière demande, « lâcher les mains », notre corps bale en avant et là, sous notre tête, nous avons une magnifique vue sur …le vide. Certains jeunes se rappellent : « le plus impressionnant avant la descente c’est quand la personne d’avant part et que l’on entend la poulie accélérer sur le câble, quand c’est notre tour, le pire c’est le départ quand la dame enlève la goupille et nous souhaite un bon vol. L’autre passage impressionnant c’est l’arrivée : on croit qu’on va aller tout droit et s’écraser. Mais en fait, on s’arrête en douceur. »

C’est parti pour deux descentes, une à 140 mètres du sol puis une deuxième à 240m du sol pour atteindre notre point d’arrivée à 1700 mètres d’altitude. 2523m de descente au total. Dans les airs, on a l’impression de voler, la vue est à couper le souffle et les plus chanceux ont vu leur minuscule ombre au sol filer à une vitesse vertigineuse car oui, on ne vous a pas dit, les deux descentes se font à une vitesse oscillant entre 100 et 120 km/h.

De l’avis d’ados, tous le referaient sans hésiter !

Patinoire

Sur une piste de patins à glace, l’été, c’est roller ! Certains étaient à l’aise, d’autres moins mais tous ont apprécié. Chutes, entraide et rires ont été de rigueur et puis ce n’est pas tous les jours que l’on croise Harry Potter et Ron en roller !

 Hydrospeed

L’activité en eau vive du séjour a fait des heureux et d’autres plus retenus. Equipés de la tête aux pieds (combinaison, chaussures, palmes, casque et planche en mousse), c’est parti ! Après une petite initiation à la nage dans les courants, on s’élance en groupe pour 5,5km de descente. On ne va pas forcément où il faut, on se retourne, on galère, on boit la tasse, on se fait mal avec des cailloux mais finalement l’expérience est enrichissante. Quelques arrêts en milieu de parcours nous ont permis de nous entraider : main sur un rocher et l’autre pour attraper le copain…ou le rater !

« C’est très physique, une grosse vague m’a fait me retourner mais j’ai bien aimé, il y avait de l’entraide et de la solidarité », pour d’autre rien de tel que l’humour « on a eu du mal à démarrer le moteur », pour d’autres encore « la descente de 5,5 km a passé vite, plus vite que la randonnée mais ça fait mal, on se frotte pas mal aux rochers ».

VTT

Au programme ce vendredi, trois heures de VTT de descente (et un peu de montée). Dans ce paradis des vététistes de descente, il aurait dommage de ne pas s’y essayer. Avec Sylvain, vététiste confirmé et très sympa, nous avons appris à bien nous positionner sur un vélo puis c’était parti pour la randonnée. « C’était trop bien, les descentes étaient caillouteuses et les quelques montées fort raides, ça usait. » Un des jeunes à cassé sa chaîne et un de nos animateurs a eu moins de chance puisqu’il est tombé sur un caillou qui lui a endommagé le ligament de la clavicule. Et les jeunes de s’en amuser trois jours après : « Ça tombait bien, on était toujours obligé de l’attendre ». Egalement au programme, le trial park a permis d’apprendre à contrôler son vélo. De petits parcours de difficultés croissantes avec passages de ponts, de bosses et de virages serrés qui ont également bien plu.

Tipi

Au Clos Savoyard, notre gîte pour le séjour, deux tipis géants étaient mis à disposition sur le terrain d’activités avec un barbecue totalement atypique. Les jeunes n’ont pas voulu dormir dans les tipis mais nous avons quand même mangé en extérieur. Une soirée très sympa autour du barbecue où les jeunes ont pu dessiner une lune, offrir un cadeau au royaume de padipado ou au royaume des prénoms mais aussi découvrir le royaume de mon œil.

Village des chèvres

C’est une activité que nous avons fait en commun avec l’autre colonie, les 6-12 ans (celle avec qui nous étions partis du Nord-Pas de Calais et qui loge également au Clos).

La sortie aura permis, une fois encore, aux ados de prendre en charge des petits, notamment dans les remontées mécaniques.

Après un déjeuner tous ensemble, nous avons visité ce village atypique où les chèvres vont et viennent à leur guise. Puis c’est à la station de ski d’Avoriaz que nous sommes montés pour finalement redescendre près d’un torrent pour se rafraîchir et admirer les vététistes faire des figures et atterrir dans un matelas géant.

The Voice Wesh !

De nombreuses veillées ont rythmé nos soirées. Une plus particulièrement où les talents musicaux ont été à l’honneur. Mais pas seulement. Déguisements, maquillages, choix d’un signe de ralliement et d’un nom de groupe, certains jeunes se sont donnés à fond !

Les barbies girls, Maître Gims et autres stars ont mis le feu à la salle d’animation transformée le temps d’une soirée en plateau de télé.

Devant un jury de trois animateurs-rappeurs, certains ont joué la carte de l’humour avec des chansons d’enfance (une souris verte), tandis que d’autres étaient fiers de faire découvrir aux autres des artistes peu connus (St-ex).

Quatorze jours, dix huit ados, trois animateurs et de nombreuses activités et animations, la colo a été riche en rencontres et amusements. Ajoutez-y les magnifiques paysages et le soleil qui ne nous a fait faux-bond qu’une journée, difficile de revenir à un rythme normal. Pour patienter jusqu’à la prochaine colo, c’est le moment de voir ou revoir en images ces quelques jours passés en Haute-Savoie !

Nous profitons d’une connexion internet hasardeuse mais qui, ce soir, fonctionne pour vous présenter quelques photos de notre séjour. Au programme : lac de Vonnes, randonnée de deux jours et nuit en refuge, mini-golf et bien d’autres !

DSC05046-Copier2DSC05095-Copier2DSC05176-Copier2DSC05257-Copier2 

DSC05295-Copier2DSC05327-Copier2DSC05360-Copier2DSC05375-Copier2 

DSC05381-Copier2DSC05504-Copier2DSC05507-Copier2DSC05515-Copier2 

DSC05523-Copier2DSC05572-Copier2DSC05606-Copier2DSC05615-Copier2 

DSC05616-Copier2DSC05621-Copier2DSC05624-Copier2DSC05628-Copier2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *